Carrefour Un combat pour la libertél

Carrefour-Casino, "l’entente cordiale" sur le brésil

06/07/2011 par Soulabail rubrique Actualité retail - 0 Commentaire
Casino

Siège social du Groupe Casino, au 58 avenue Kléber à Paris

Selon un ancien cadre de Carrefour Brésil, ayant également travaillé pour Casino et Grupo Pão de Açúcar (GPA), Abilio Diniz a bénéficié depuis 1999 – en toute humilité – des mannes de Casino pour lui éviter la faillite. Depuis, habile, il a su « au fil des ans se rapprocher d’un parti politique, qui comme son groupe, était hors course pendant un long et pénible périple, et ensuite, bénéficiant d’éléments externes a eu l’intelligence de profiter des événements pour se hisser à haut niveau. Je parle évidemment du PT [Parti des Travailleurs], le parti de Lula. »
Toujours selon ce cadre, « ces alliances lui permettraient aujourd’hui de convaincre Dilma Rousseff [qui assure la présidence de l’Etat brésilien] d’intervenir auprès du BNDES pour obtenir de l’argent à titre privé ». Une telle position a pourtant été démentie par Diniz lui-même lors d’un entretien avec la presse française.
« Pour l’économie Brésilienne, ce rapprochement ne sert strictement à rien et ne ramène aucun bénéfice substantiel. […] Personnellement, je ne crois pas que ce rapprochement se réalise mais les enjeux financiers peuvent devenir extrêmement intéressants pour Jean-Charles Naouri [PDG du groupe Casino] qui, à ce moment là, sera enclin à négocier. »

Pourquoi le revirement de Carrefour dans sa position face au dossier brésilien ?
« La presse Brésilienne et énormément de politiques se sont insurgés contre l’engagement financier de la BNDES et demandent à ce que GPA et Carrefour ne se rapprochent pas. En fin de semaine, Mme Dilma Roussef et le Président de la BNDES ont formellement déclaré que seul l’accord de Jean-Charles Naouri et d’Abilio Diniz permettra de continuer cette opération. »
C’est donc la parole du groupe Carrefour qui est aujourd’hui engagée – face aux marchés financiers – sur sa capacité à réaliser l’opération prévue, qui ne tarderont pas de se retourner si ces projets brésiliens devaient capoter… Bien pris qui croyait prendre finalement !

Tagged , , , ,

Articles liés

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Suivez-nous
Documentaire TV
Pouvoir d’achat
Appel de Michel Leclerc aux candidats à la présidentielle 2017
Carrefour Un Combat pour la liberté
Animateur du site
Yves Soulabail Yves Soulabail est conseil en retail et formateur. Membre de l’Association Etienne Thil, secrétaire général de l’Association pour l’Histoire du Commerce, il sauvegarde les archives du secteur et perpétue les enseignements de Bernardo Trujillo.