Carrefour Un combat pour la libertél

Carrefour : donner l’envie d’oser

20/10/2013 par Soulabail rubrique Actualité retail - 5 Commentaires

Carrefour 1974 publicite moins cherPlusieurs années sans prise d’initiative. Plusieurs années à se faire rappeler à l’ordre dès que l’on ne suivait pas les indications d’en haut. Plusieurs années à appliquer sans devoir se soucier des implications pour chacun. Cela mine évidemment… et laisse des traces.

Les choses changent et l’esprit d’entreprise avec
Cet esprit destructeur et totalement centralisé semble enfin engagé sur une voie sans avenir. Les changements à l’honneur aujourd’hui commencent à porter leurs fruits dans les supermarchés notamment. Cette réflexion est faite également dans les hypermarchés. Un esprit nouveau est bien là. Le plus difficile dans ce changement de cap radical reste encore de savoir jusqu’où chacun peut aller ? Même le Pape invite à vivre dans l’allégresse et à « devenir libres », alors imaginez…

Un naturel qui revient au galop ?
« Est-ce vrai que nous pouvons à nouveau faire telle ou telle chose ? » « Allons nous nous faire taper dessus si l’on ose ? » Les équipes ont tellement de mal à y croire et les patrons directs à vouloir avancer plus vite que la musique que parfois des directeurs des magasins ont encore du mal à oser, à reprendre la main sur leur magasin et leur équipe. Qu’il est difficile de désapprendre aussi rapidement des habitudes imposées si longtemps !

La supply-chain encore à la traîne
Les principaux domaines qui semblent particulièrement en retard et où les changements ne se ressentent pas encore dans les supermarchés concerne la supply-chain (la qualité des approvisionnements en magasin, la fiabilité des réceptions marchandises, les ruptures de stocks bien que l’information à ce propos semble contradictoire…) et l’informatique (se poser la question de savoir si filexchange arrivera à envoyer un fichier, comme les applicatifs qui ne permettent pas de modifier de simples photos, sont « indignes » selon l’adjectif employé par plusieurs cadres du Groupe Carrefour, tout comme la lenteur du réseau…) doivent trouver solution. Le fameux “Retablissez Retalix !” n’a d’ailleurs pas encore été entendu.

Globalement dans la bonne direction
Les équipes, globalement, se sentent un peu “plus” écoutées. Il reste encore à certains cadres d’accepter que les anciennes décisions qu’ils appliquaient comme des serviteurs particulièrement zélés étaient sans issue… Un peu d’air – en somme – qui fait le plus grand bien, mais « attention à ne pas mettre la charrue avant les bœufs » peut-on entendre ici et là…

carrefour patrimoine humain

Entretien extrait de LSA n°1123 du 30 juin 1988

Tagged ,

Articles liés

5 Commentaires

  1. ZOLA20/10/2013 at 13:05

    Voila un article très bien sur le groupe Carrefour qui se regarde dans le miroir !

  2. CrieurPUB22/10/2013 at 13:07

    Les ornières sont toujours creusées par des parallèles qui ne se croisent jamais sauf suite à un accident !
    En cinquante ans d’Hypers Carrefour a vraiment creusé des parallèles aux remparts bien hauts !
    Chaque coeur de métier de ses Cadres a adapté le “tous pour un” et le “un pour tous” en segmentant chaque direction (chaque Directeur) sans mettre en place les passerelles nécessaires à des relations transversales –
    Si chaque métier s’est réellement professionnalisé et a atteint une qualité certaine, l’absence des passerelles n’a constitué que des monologues administratifs dans lesquels se sont fourvoyés des Directions sectorielles avant de comprendre que leur énergie se diluer dans un magma ou l’intérêt commun bénéfique à tous avait disparu –
    L’optimisme qui consiste à écrire que les supermarchés vont mieux que les hypers n’est pas du tout perçu au niveau de l’extérieur où nous sommes (CrieurPUB) = en intervenant chez quelques franchisés on ressent plutôt de la déprime suivant un désappointement…
    L’espoir peut toujours venir de Chez M. Plassat qui par notre connaissance multi-enseignes nous autorise à écrire que sur le CV de M. Plassat il y a écrit = Issu de Casino –
    Les Années 1970/1980 ont été accompagnées d’un pillage des cadres “Casino” qui à l’époque représentaient (selon les connaissances de crieurPUB en la matière) l’école (La Vraie) de la Grande Distribution Française…
    Ce “pillage” a été tel d’ailleurs qu’aujourd’hui Casino semble en payer encore le prix…
    Une Idée pour M. Plassat (Prestation Gratuite de CrieurPUB non rémunéré pour cela) =

    ** Faire “descendre” et placer tous les Cadres et administratifs des sièges “Carrefour France” sous les Ordres des Directeurs Magasins, indépendamment de leur Grade et Fonction, dans les Magasins au Mois de Décembre pour suppléer et compléter les équipes et collaborateurs Terrain particulièrement sollicités pour les Fêtes de Fin d’année…

    Une co-location d’efforts mutualisés en quelque sorte…

  3. Le Loup23/10/2013 at 07:10Auteur

    Votre proposition lui a déjà été faite…

  4. kemlin25/10/2013 at 11:41

    Le problème, c’est que Carrefour se regarde le nombril maintenant !

  5. Le Loup25/10/2013 at 12:07Auteur

    Des cadres de haut niveau, c’est un fait évident en effet.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Suivez-nous
Documentaire TV
Pouvoir d’achat
Appel de Michel Leclerc aux candidats à la présidentielle 2017
Carrefour Un Combat pour la liberté
Animateur du site
Yves Soulabail Yves Soulabail est conseil en retail et formateur. Membre de l’Association Etienne Thil, secrétaire général de l’Association pour l’Histoire du Commerce, il sauvegarde les archives du secteur et perpétue les enseignements de Bernardo Trujillo.