Carrefour Un combat pour la libertél

Carrefour : la fidélité à l’innovation en MDD

20/06/2010 par Soulabail rubrique Actualité retail - 0 Commentaire

Dans son nouveau dossier Spécial grande distribution, que la revue Capital à mis en ligne, présente une innovation pour les MDD Carrefour.
« A Hong Kong, on le sait peu, Carrefour abrite une énorme centrale d’achats chargée de fournir ses rayons non alimentaires. Mais – on le sait encore moins – cette tête de pont emploie aussi une poignée d’ingénieurs chargés de la qualité des produits vendus sous la marque bleu, blanc, rouge. Et cette discrète brigade fait des étincelles : après six mois de travail en collaboration avec les industriels locaux, ils ont créé un ébouriffant logiciel de navigation pour baladeur.
‘Notre fabricant chinois l’a intégré à notre dernier modèle à écran tactile vendu 69 euros, plus performant et deux fois moins cher que l’iPod’, raconte Valéry Borocco, directeur audio-vidéo de l’enseigne. Résultat : avec 400 000 appareils écoulés en un an, la marque Carrefour a pris en France 10% de ce marché dominé par Apple (50% des ventes). »
Preuve est faite, s’il en était besoin, qu’innovation et MDD font bon ménage ensemble.
Contrairement à la journaliste présentant le dossier qui s’interroge en introduction sur les produits libres Carrefour de 1976 : « Au départ, le concept semblait pourtant limité et pas vraiment sexy », les concepts des 50 produits lancés par Carrefour étaient déjà novateurs, notamment dans leurs conditionnements et informations consommateurs.


Tagged , , , , , , , , , , ,

Articles liés

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

2030 C'était la fin de l'agriculture française
Suivez-nous
Documentaire TV
Pouvoir d’achat
Appel de Michel Leclerc aux candidats à la présidentielle 2017
Carrefour Un Combat pour la liberté
Groupe LinkedIn
Animateur du site
Yves Soulabail Yves Soulabail est conseil en retail et formateur. Membre de l’Association Etienne Thil, secrétaire général de l’Association pour l’Histoire du Commerce, il sauvegarde les archives du secteur et perpétue les enseignements de Bernardo Trujillo.