Carrefour Un combat pour la libertél

Carrefour Lingostière : une partie du toit s’effondre ce mercredi vers 17h30

05/02/2014 par Soulabail rubrique Actualité retail - 9 Commentaires

Carrefour Lingostiere effondreSelon Nice Matin : “Une partie de la toiture de la grande surface niçoise Carrefour Lingostière s’est effondrée ce mercredi vers 17h30 faisant deux blessés légers. De nombreux secours sont sur place. Trois personnes disparues sont recherchées.”
Nous assurons de tout notre soutien à Eric Malet, le directeur du magasin et à ses équipes.

Georges Plassat – PDG du Groupe Carrefour – a déjà connu un drame similaire au Casino
Coïncidence des fait, c’est un mercredi après-midi que le toit du supermarché Casino de Nice s’effondrait, le 26 janvier 1994. Le magasin était ouvert au public alors que 1.700 tonnes de béton et de terre d’une dalle-jardin suspendue au-dessus du toit du Casino se sont écroulées sur les clients et le personnel. Le soir-même, on retirait des décombres le corps de Sylvie Madonnia, 31 ans, assistante maternelle, et celui de Pascal Depeuille, 28 ans, employé au rayon crémerie. Une jeune caissière, Marylène Mercadier, 22 ans, mourait de ses blessures dix jours plus tard. L’écroulement, fesait 116 blessés, dont certains très grièvement.

La réaction de Christian Estrosi après l… par nice-matin

Une partie du toit de Carrefour Lingostière s… par nice-matin

Carrefour Lingostiere effondre

Une vision impressionnante

carrefour nice

L’intérieur du Carrefour

Le Casino Ferber en 1996


Tagged ,

Articles liés

9 Commentaires

  1. olivier sauvage05/02/2014 at 19:59

    Tout mon soutient à M Malet et ses équipes .

  2. Fabien06/02/2014 at 12:30

    C’est à force de tout mettre dans les prix… M. Plassat, il était tant de réinvestir dans le renouvellement du parc !

  3. Sniper06/02/2014 at 14:55

    Un travail de fou directeur de magasin. Responsable de tout sans avoir la main. Courage Eric de tout cœur avec toi

  4. Le Loup06/02/2014 at 18:17Auteur

    1/3 des magasins sera revue cette année. Dommage que les travaux soient si lourd pour certains magasins… pour le plaisir personnel de quelques cadres.

  5. PQP06/02/2014 at 21:18

    les DM n’ont pas les moyens nécessaires à l’entretien.
    Nous sommes avec toi Eric.

  6. Plastoc11/02/2014 at 00:36

    Pour y avoir travaillé c’est un magasin vraiment vétuste…Lors du concept planète rien n’a été fait pour les labos et les réserves, seul la sdv a été embellie et du mobilier flashy renouvelé. De la poudre aux yeux pour les clients…le magasin est sale, l’hygiène des labos une catastrophe…Et lors de pluies le magasin est inondé…j’ai connu 10 cm d’eau au sol dans les réserves du bazar, eau qui entrait dans la sdv avec 5 cm au PEM…A cause d’une prise en charge du réseau, pas d’entretien et travaux réalisés par des maçons à l’époque qui ont été jusqu’à mettre des tuyaux cannelés pour certaines évacuations comme à la rotisserie par exemple…Imaginez ce qu’il se passe avec la graisse ? Veolia passe toute les semaines…
    Oui les services généraux coutent cher, l’entretien coute cher mais aujourd’hui dans bcp d’entreprises c’est la prise de bénéfice sur le court terme qui compte. Il ne faut pas uniquement recentrer sur le commerce mais il faut maitriser tous les métiers que Carrefour a créé, ils sont tous de même importance. Peut être que le groupe est devenu trop gros et qu’on ne sait plus trop qui fait quoi…Ajoutez à ça que plus personne n’est spécialisé avec la pluridisciplinarité…Il faudrait tailler severe mais pas façon roulette russe…faire le bilans des compétences de chacun…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

2030 C'était la fin de l'agriculture française
Suivez-nous
Documentaire TV
Pouvoir d’achat
Appel de Michel Leclerc aux candidats à la présidentielle 2017
Carrefour Un Combat pour la liberté
Groupe LinkedIn
Animateur du site
Yves Soulabail Yves Soulabail est conseil en retail et formateur. Membre de l’Association Etienne Thil, secrétaire général de l’Association pour l’Histoire du Commerce, il sauvegarde les archives du secteur et perpétue les enseignements de Bernardo Trujillo.