Carrefour Un combat pour la libertél

Carrefour : un train de reprises pour Noël avec le Secours Populaire

19/11/2011 par Soulabail rubrique Actualité retail - 2 Commentaires
Lars Olofsson au Secours Populaire Français

Lars Olofsson au Secours Populaire Français

Comme les concessionnaires font des reprises sur les anciens véhicules pour fluidifier le marché, Carrefour invente la reprise des jouets, mais gratuite cette fois. C’est malin, socialement irréprochable… une bonne action pour justifier un déplacement des flux vers ses magasins.

Un train de nouvelles mesures pour soutenir Carrefour
Pour ceux qui trouve cette réflexion sévère, pourquoi Carrefour n’indique pas le moyen de donner directement en région les jouets dans les centre de Secours Populaire et jouer ainsi la proximité ? Faciliter la gestion, me répondrez vous, en utilisant en retour la chaîne d’approvisionnement des magasins.
On sait cette chaîne défaillante, les ruptures sont là pour nous le rappeler régulièrement ! Alors pourquoi donner un prétexte tel ? Jusqu’alors, Carrefour ne voulait jamais faire savoir les œuvres qu’il soutenait… devinez pourquoi il le fait à présent !

Carrefour se fait Père Noël avec le Secours Populaire Français
« Ce soir là, j’ai emmené ma poupée dans un grand train rouge. On sait dit ‘Au revoir’ et là il s’est passé quelque chose, mais de vraiment magique… et ma poupée est arrivée dans les bras d’une petite fille. Tu sais quoi, elle a adoré. Déposez vos jouets dans votre hypermarché Carrefour. Avec le Secours Populaire, nous les redistribuons aux enfants qui en ont le plus besoin. » Un drôle de père Noël en effet, fabriquant un temps, en se prenant pour un lutin parfois, et impératif ici… Vous nous aviez habitué à plus de liberté !

Carrefour au secours…
Vous remarquerez la fin de la publicité le logo de Carrefour et celui du Secours Populaire Français. La différence entre le sponsoring et le mécénat, est identique entre signer une affiche et afficher son nom… regardez bien et vous verrez la volonté de cette publicité… Charité bien ordonnée commence toujours par…
Selon Boursier.com, au 31 décembre 2010, Lars Olofsson détenait 1.000 titres de la société et ne bénéficie pas d’une clause de non concurrence. En revanche, il « bénéficie d’une clause de départ dont les dispositions sont les suivantes. En cas de cessation de son mandat, hors démission, mise ou départ à la retraite ou cas de force majeure, et sauf pour faute grave ou lourde, Carrefour proposera à son Directeur Général, dans le cadre d’une transaction emportant renonciation de sa part à tout recours, une indemnité transactionnelle dont le montant sera égal à deux ans de rémunération.
Lars Olofsson bénéficie aussi, soit d’une prise en charge par Carrefour du loyer et des charges de son logement personnel à hauteur d’un montant maximum annuel de 100.000 Euros, soit d’une allocation logement d’un montant annuel de 100.000 euros bruts versée en douze mensualités.
Enfin, M. Olofsson est bénéficiaire potentiel d’un régime de retraite complémentaire avec un minimum de 3 ans d’ancienneté effective pour pouvoir en bénéficier…Ce régime ne sera donc pas appliqué s’il quitte le distributeur avant le 28 avril 2012. » Ne devrions nous pas plutôt travailler pour que cette entreprise puisse proposer un nouveau contrat social ?

Pour ceux qui pensent qu’aider n’a pas besoin de publicité : voici la liste des fédérations du Secours Populaire Français en région


Tagged , , , , , , , , , , , , ,

Articles liés

2 Commentaires

  1. fx21/11/2011 at 20:27

    J’aime l’idée de cette opération.
    mais apprenez à écrire svp:
    « Ce soir là, j’ai emmené ma poupée dans un grand train rouge. On SAIT dit ‘Au revoir’ et là il s’est passé quelque chose, mais de vraiment magique…”

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Suivez-nous
Documentaire TV
Carrefour Un Combat pour la liberté
Groupe LinkedIn