Carrefour Un combat pour la libertél

Georges Plassat : ‘Sous les feuille mortes, il y a des champignons’

30/10/2012 par Soulabail rubrique Actualité retail - 14 Commentaires

dark vador carrefour plassatUn article dans le magazine Capital de novembre 2012 sous le titre « Avec Plassat, fini la langue de bois ! », rédigé par Claire Bader, sera bientôt dans les kiosques. Il cherche à faire une synthèse du management que l’on pourrait qualifier de « à la Monsieur Plassat » depuis son arrivée à la tête du groupe.

Le masque que certains veulent lui donner va tomber
La vision qui est faite de Georges Plassat, contrairement à ce que l’on peut entendre, ici ou là, nous semble usurpée. Que l’on finisse la langue de bois ne veut pas dire prendre un masque de fer ! On ne parle pas de cet article en particulier, mais en profitons pour revenir sur le sujet. Que Georges Plassat apprécie les personnes de convictions, nul doute. Qu’il apprécie les personnes qui aiment leur métier, c’est indéniable. De là à lui trouver une dureté… question d’appréciation personnelle finalement.
Les dérives dans le groupe ont été nombreuses, il faut bien un moment les corriger ! Le faire suffisamment rapidement en est le principal défi.
Le faire en compréhension du personnel de terrain est également un élément primordial. Nombre de cadres supérieurs, par peur personnelle peut-être, n’avaient pas encore mis en application la nouvelle donne en stoppant toute initiative des intermédiaires et des salariés… La tyrannie sur les salariés n’est pourtant pas un modèle de management et un moyen de libérer les initiatives !

Point d’erreur sur l’objectif
Le principe est bien de redonner à chacun des salariés la possibilité d’agir pour tout ce qui les implique. Fini les décisions prises avec le N+1 qui réfère au N+2 qui en parle au N+3 qui demande l’autorisation au N+4 qui répond qu’il ne sait pas ou ne veut pas ! Revenir à la réalité des clients, c’est déjà prendre ses propres initiatives, en toute connaissance de cause. Enfin, la pyramide inversée est de retour chez Carrefour ;-)

A la veille d’Halloween, Standard & Poor n’est pas effrayé !
Selon une information diffusée ce 29 octobre : « Le distributeur français Carrefour vend ses activités colombiennes et se recentre sur un nombre restreint de marchés internationaux. Cela pourrait améliorer les indicateurs de crédit si le produit est utilisé pour réduire la dette du groupe, mais peut-être pas assez pour une mise à niveau au cours des 24 prochains mois si les conditions d’exploitation se détériorent et la politique financière du groupe ne vise pas le désendettement. Nous affirmons la note à long et à court terme pour Carrefour à BBB/A-2. »
En tout cas le cours de bourse se détend pour atteindre à la même date, en fin de séance 18,36 euros ! Les placements des salariés-actionnaires vont-ils enfin reprendre des couleurs d’ici peu comme espéré ?

capital plassat claire bader

L’article de Claire Bader, Capital du 1 novembre 2012, p.32 à 34

Tagged , , ,

Articles liés

14 Commentaires

  1. l heritier30/10/2012 at 12:10

    Attention aux champignons toxiques ! voir explosif (le pet de loup) par exemple !
    Les tordus sont partis ? Pas partout ! Au conseil ???

  2. Le Loup30/10/2012 at 12:20Auteur

    Il y a encore du boulot… c’est un fait.
    Les esprits ne sont pas encore totalement libérer des vieux démons.

  3. Palawab30/10/2012 at 13:00

    Belle analyse sur Senior Vador qui n’est pas du côté obscure de la force, une reconfiguration de l’étoile noir passe forcément par des positions et des décisions fortes, sinon on appelle cela de la politique et non des avancées. Il faut comprendre le sens des discours et des mots et ne pas s’arrêter sur la sonorité qu’ils ont.

  4. Le Loup30/10/2012 at 14:00Auteur

    C’est pas la force qui sera le plus difficile à redonner, c’est les mutineries des intermédiaires qu’il faut éviter.

  5. jean-luc30/10/2012 at 22:05

    La feuille de route arrive, le changement commence a se faire sentir (ressentir…) au niveau des magasins, où l’on commence à nous demander de reprendre la main… sur le commerce, l’initiative, la prise de risque. Pour une fois, le positif semble de retour. Bravo à M. Georges pour son bon sens, sa clairvoyance. On a tellement « souffert » que maintenant on en deviendrai presque timide à vouloir reprendre le « pouvoir » commerçant…

  6. Le Loup31/10/2012 at 05:28Auteur

    Pour le moment, les plus difficiles à arracher ne seront pas ceux là. C’est de l’interne qu’il s’agit !
    Certains pense individualisme alors que les champignons sont avant tout assis sur un rhizome connecté. Certains disent d’ailleurs qu’il est en lien avec les arbres et que les forêts sont entièrement connectées… et que même les plantes peuvent échanger. J’en vois qui souhaiteraient tout couper à l’heure de la modernité !

  7. Sniper31/10/2012 at 06:57

    Au moins la greffe de tête semble prendre. La technique chirurgicale semble plus adapté que nos anciennes méthodes a la tronconneuse

  8. Le Loup31/10/2012 at 07:06Auteur

    Il est préférable de ne pas dynamiter cela en effet…
    J’ai confiance dans la tête et les jambes… Les corps intermédiaires également, c’est au niveau du cou !

  9. Sniper31/10/2012 at 07:29

    Bien réglé le marteau pilon du Creuzot pouvait ouvrir une noix sans la broyer

  10. Le Loup31/10/2012 at 07:31Auteur

    Si machine est réglée, l’humain à toujours plus confiance en elle.
    Qui règle la machine… c’est l’humain !

  11. Guillem31/10/2012 at 08:04

    Oui… Et le cou est très long… Trop long !!! L’expérience a montré qu’il était plus facile de le rallonger (voir les tribus karen en Birmanie) que de le raccourcir !
    Personnellement, je serais moins effrayé par les « baronnies » (il y en a tjrs eu… Elles st parfois élément de dynamisme) que par la multiplication de leur nombre !!! Sans oublié les pti corbeaux noirs extérieurs cherchant la part de fromage ! Les donneurs de leçons, voilà des éléments perturbateurs profondément démotivants !

  12. Le Loup31/10/2012 at 08:34Auteur

    Maître corbeau, sur son arbre perché…
    Maître renard…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Carrefour Un Combat pour la liberté
Animateur du site
Yves Soulabail Yves Soulabail est conseil en retail et formateur. Membre de l’Association Etienne Thil, secrétaire général de l’Association pour l’Histoire du Commerce, il sauvegarde les archives du secteur et perpétue les enseignements de Bernardo Trujillo.
Ce site est indépendant de la société Carrefour, ne contient et n'exprime que des avis et propositions personnels qui n'engagent en aucune façon la société.
Message à destination des actionnaires du Groupe Carrefour