Carrefour Un combat pour la libertél

Free product : Carrefour était pirate contre les mauvaises marques

25/12/2014 par Soulabail rubrique Actualité retail - 5 Commentaires
Article de presse présentant les produits libres Carrefour en 1976 (extrait de Emballages avril 1976)

Article de presse présentant les produits libres Carrefour en 1976 (extrait de Emballages avril 1976)

En 1976, Carrefour était le plus grand des commerçants et voulait vendre des « produits libres ». Libres des grands producteurs de marques : les premiers des fautifs. Toujours prêts à segmenter inlassablement les marchés, pour en tirer le maximum de profitabilité, les grands de la production réduisent inéluctablement – depuis toujours – les volumes des ventes pour chaque produit proposé en rayon. Petit à petit, les marges doivent grossir en conséquence pour chaque référence afin de contrecarrer l’érosion des quantités.
Carrefour, par l’intermédiaire d’un chef comptable, s’en rend compte dès 1975 et décide alors d’innover. La mise sur le marché est faite un premier avril – une vraie blague de potache – avec un lancement sous forme d’avertissement aux producteurs : « Carrefour devient acheteur pour ses clients et non vendeur pour ses fournisseurs ».
Une marque de dialogue était née, “free” comme l’air, “free” comme Carrefour, “libre” de proposer une qualité toujours plus grande, “libre” de porter la parole du commerçant proposant en toute confiance de révolutionner la consommation. Les clients avaient dit “Oui” en retour.
Toutefois, la mauvaise loi des séries se répète inlassablement. Bernardo Trujillo les avait prévenu : « Vous m’oublierez. » Lui qui est enterré depuis 1971, à Bogota, leur aurait tiré les oreilles : « Avez-vous 20 ans d’expérience ou une année d’erreur répétée vingt fois ? » A force de collaborer, comme elle le fait aujourd’hui avec ses fournisseurs, l’enseigne perd sa raison d’être. Le pirate devenus armateurs nanti, risque fort d’être dépourvu le jour venu où les clients, se mutinant, iront voté dans l’urne tiroir caisse d’autres enseignes… E. Leclerc s’en forte déjà les mains !


Tagged , , , ,

Articles liés

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

2030 C'était la fin de l'agriculture française
Suivez-nous
Documentaire TV
Pouvoir d’achat
Appel de Michel Leclerc aux candidats à la présidentielle 2017
Carrefour Un Combat pour la liberté
Groupe LinkedIn
Animateur du site
Yves Soulabail Yves Soulabail est conseil en retail et formateur. Membre de l’Association Etienne Thil, secrétaire général de l’Association pour l’Histoire du Commerce, il sauvegarde les archives du secteur et perpétue les enseignements de Bernardo Trujillo.