Carrefour Un combat pour la libertél

Un contrat sur la tête de Lars Olofsson

Lars Olofsson Carrefour

Lars Olofsson

Tâche difficile, d’un cabinet de chasseur de tête… missionné pour trouver un remplaçant à Lars Olofsson, selon une source proche du dossier. LVMH suivrait cela de très prêt… évidemment.

Qui pourrait reprendre la direction générale à la place de Lars Olofsson ?
Bernard Arnault, entouré de conseils avisés, que l’on espère éloignés de l’industrie lourde ou des courriers pour cette fois, pourrait opter pour un professionnel du secteur pour remplacer Lars Olofsson. L’expérience « industrielle » n’aurait que trop duré. Le point particulièrement difficile restant à nommer en lieu et place la personne idoine !

L’équation insoluble pour Carrefour
Un véritable mouton à cinq pattes, voilà ce dont le Groupe Carrefour a besoin, empreint de liberté, pour récupérer l’entreprise après les dégâts causés depuis la fusion Carrefour-Promodès.
Mais qui pourrait avoir l’aplomb de remettre à plat une entreprise de cette taille dans une telle situation, notamment en période de conflit social latent ?

De la quadrature du cercle à l’âge du capitaine
Réformer le taylorisme organisationnel qui amène aujourd’hui les salariés à ne plus avoir de responsabilités dans les hypermarchés ne peut se faire en deux coups de cuillère à pot ! On l’aura tous compris. Les chantiers sont tellement nombreux… Alors qui ? Les yeux se tournent vers des français : la seule nationalité qui pourrait encore avoir son mot à dire en ce moment. Le choix devient à la fois difficile, car tellement sensible, et cornélien, car centré sur une poignée. De plus, certains préféraient se couper un doigt que d’y aller ! Cela laisse peu à choisir. On le pensait en Allemagne… peine perdue !
Où regarder ? On continue sans doute à fureter du côté de la Chine, des pays arabes, ou encore vers des plus expérimentés. Les plus opératifs seraient sans doute écartés.
Quel pont d’or pour l’appâter ? Seul le défi, selon nous, reste un moteur pour accepter une telle gageure. Toutefois, à ces niveaux, combien gardent encore ce zeste d’humanité nécessaire et en âge de bien faire !

La nécessité d’un appuis de taille : un pacte d’actionnaires fort
Au-delà du chef de clan nécessaire pour mener toute l’histoire, qui pourrait également avoir suffisamment d’assise financière pour réinjecter les 4,5 milliards évoqués par des proches du dossier pour relancer la machine sur de nouvelles bases ?
Qui pourrait surtout attendre le temps nécessaire, près de 3 années au moins est évoqué, pour stabiliser un tel projet commercial… Les répercussions des décisions prises ces derniers temps nécessiteraient de revoir toute la politique de l’enseigne : pricing, promotion, ouvertures, logistique…
Une véritable situation dramatique pour une entreprise ayant besoin d’une politique commerciale claire tout en étant déterminée.

Qui faire entrer dans le capital de Carrefour ?
Plusieurs hypothèses sont faites actuellement : des investisseurs chinois, indiens, arables ou russes pourraient se positionner… A moins qu’un échange soit fait par « Bourville » avec le Brésil… comme au foot, je te donne mon terrain de jeu et toi… que me donnes-tu en échange ?
Ce pourrait être cette hypothèse, que plusieurs petits actionnaires pourraient redouter et chercherait à faire capoter lors de la prochain assemblée, le 21 juin 2011. A moins que la solution soit ailleurs, toujours hors de France… consternant !

La concurrence chante, pendant ce temps les clients déchantent
Sans investir outre mesure, la concurrence ramasse à la pelle les parts de marché. Les barons Leclerc en tête, suivi de prêt par Super U, assurant ainsi une nouvelle fortune pour les héritiers des fondateurs de ces groupes d’indépendants. Moins de concurrence de la part du leader et les souris dansent… C’est le pouvoir d’achat qui va en prendre un coup.

Un souvenir… pré-historique
Lars Olofsson 1Lars Olofsson 2

Tagged , , , , , , , , , , ,

Articles liés

4 Commentaires

  1. Frederic18/06/2011 at 14:46

    Chaise musicale dans les plus hautes sphères, merci à Colony Capital et a Bernard Arnault qui de plus en plus font glisser le groupe vers le bas.
    Ils sont dur de tête, ils essayent toutes sortes de choses mais l’action ne réagit pas ou si vers le bas… mais ils creusent encore.
    Avec ça, comment fédérer les équipes et insuffler la bonne dynamique…

  2. Le Loup18/06/2011 at 15:10Auteur

    A force de creuser… il parait que l’on passe en Chine…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Carrefour Un Combat pour la liberté
Animateur du site
Yves Soulabail Yves Soulabail est conseil en retail et formateur. Membre de l’Association Etienne Thil, secrétaire général de l’Association pour l’Histoire du Commerce, il sauvegarde les archives du secteur et perpétue les enseignements de Bernardo Trujillo.
Ce site est indépendant de la société Carrefour, ne contient et n'exprime que des avis et propositions personnels qui n'engagent en aucune façon la société.
Message à destination des actionnaires du Groupe Carrefour