Carrefour Un combat pour la libertél

Lactalis : Emmanuel Besnier porte plainte contre France 2

01/11/2016 par Soulabail rubrique Actualité retail - 1 Commentaire

Suite à l’émission « Envoyé Spécial » de France 2, Emmanuel Besnier a souhaité faire connaître par un communiqué de presse du 27 octobre 2016 la position du groupe. Voici l’intégralité du communiqué que nous reprenons ici. Nos lecteurs pourront également consulter l’article que nous avions réalisé avant l’émission dont des éléments sont inédits et non publiés dans la presse.

Emmanuel Besnier, au nom de Lactalis, fait une réponse à France 2

« En complément de l’interdiction de la diffusion d’une partie de l’émission de France 2 « Envoyé Spécial » du 13 Octobre 2016 prononcée par le Président du TGI de Laval, le Groupe Lactalis portera plainte contre la chaîne.
Le jeudi 13 octobre dernier, la chaîne de télévision France 2 a diffusé dans le cadre de l’émission « Envoyé Spécial » un reportage mettant gravement en cause le Groupe Lactalis et son Président M. Emmanuel Besnier qui, souhaitant mettre un terme à ces attaques injustifiées et à la diffusion d’une émission uniquement à charge, a saisi la Juridiction en référé ce mercredi 26 octobre la chaîne France 2. Ce reportage, qui vient malheureusement couronner près de deux mois d’une intense campagne de dénigrement engagée à l’encontre du Groupe, accumule les contrevérités et les amalgames, en voulant faire croire aux téléspectateurs que Lactalis est responsable de la crise de la production laitière et des difficultés rencontrées par les producteurs. Cette présentation fallacieuse constitue une désinformation inacceptable. Le Président des Référés de Laval a fait injonction à France 2, sous astreinte, de cesser immédiatement la diffusion des passages relatifs à la vie privée du Président du Groupe Lactalis, reconnaissant ainsi que ces images et commentaires n’ont aucun lien avec la situation des producteurs de lait qui constituait le sujet de ce reportage. Le Groupe Lactalis en prend acte et se félicite de cette décision qui confirme que les émissions d’investigation et leurs journalistes ne peuvent user de toutes les méthodes.
Lors de cette émission, des informations erronées ont été avancées voulant laisser croire que d’un cas d’une exploitation laitière, il faut faire une généralité afin de vouloir rendre Lactalis unique responsable de la crise profonde qui frappe les producteurs de lait. Le Groupe entend jouer et assumer son rôle, mais ne peut accepter des méthodes de désinformation et de déstabilisation aussi outrancières.
Le Groupe Lactalis rappelle que le prix du lait payé à ses producteurs est supérieur à celui de ses concurrents coopératives françaises ayant le même portefeuille de produits, aussi bien sur le mois qu’en cumul annuel. Le prix du lait est par ailleurs en France significativement au‐dessus de ses concurrents européens d’Europe du Nord. La production laitière est largement excédentaire et le prix payé aux producteurs est une moyenne entre un prix pour les produits de grande consommations bien valorisé et un prix des excédents vendus sur le marché international à des cours mondiaux. Lactalis est devenu le bouc émissaire de la crise actuelle et ne peut accepter d’être tenu responsable de la surproduction laitière des agriculteurs, de l’arrêt des quotas, de l’embargo russe et de la chute de la demande chinoise qui ont provoqué un effondrement sans précédent des cours.
Le Groupe Lactalis tient aussi à dénoncer cette idéologie anti‐économique et anti‐entreprises dont les accusations fallacieuses sur l’enrichissement du Groupe au détriment des agriculteurs sont honteuses. Les accusations portées sont fondées sur des raccourcis, des amalgames et l’exploitation de la détresse de certains producteurs. Une entreprise doit réaliser des résultats pour assurer sa pérennité et son développement. Présenter les résultats du Groupe Lactalis publiés en 2011 lors de l’acquisition de Parmalat qui s’élevait à moins de 3% comme démesuré relève d’une démagogie honteuse peu digne d’une chaîne publique.
L’actionnariat familial du Groupe permet de construire son développement sur la durée, en assurant la pérennité de son modèle, gage de son indépendance et de son ancrage en France où il emploie plus de 15 000 collaborateurs, répartis dans 65 sites répartis sur l’ensemble du territoire. Les bénéfices réalisés sont réinvestis dans le développement du Groupe et dans ses sites industriels et ce, particulièrement en France qui représente aujourd’hui moins de 25% du chiffre d’affaires du Groupe et totalise près de 40% de ses investissements. Autant d’exemples qui démontrent l’engagement du Groupe en France. Face à ces propos diffamatoires, le Groupe Lactalis a donc décidé de saisir la justice contre France 2 pour obtenir réparation. »

L’équipe d’Elise Lucet, qui n’est pas citée dans ce communiqué, a fait appel de la décision.

 

Vers quelle agriculture allons-nous M. Emmanuel Besnier ?

Outre la controverse sur la politique de communication du groupe Lactalis, en guise de réflexion sur ces débats, voici une vidéo qui fera réfléchir le secteur. Dans les champs, il y aura bientôt un absent : l’humain… La nature serait-elle rendue à la nature ? Pas vraiment, les machines seront bien là !
Une autre vision :


Crise du lait : qui est Emmanuel Besnier, patron discret de Lactalis ?

lactalis Emmanuel Besnier

Et Sodiall aussi !

Dans un communiqué du 25 octobre 2016, les syndicats estiment que les prix A et B, proposés par Sodiaal, doivent être revalorisés pour novembre et décembre.

« Les derniers mois de l’année 2016 s’annoncent cruciaux pour les producteurs de lait car ils conditionnent les prémices d’une année 2017 que tous espèrent bien meilleure que 2016. Les FDSEA et JA de l’Ouest se sont mobilisés ces dernières semaines pour faire passer ce message aux coopératives laitières présentes dans l’Ouest en insistant sur l’obligation d’annoncer des prix pour novembre et décembre répondant aux attentes des éleveurs. Malheureusement, les premiers éléments qui remontent de la première coopérative laitière française sont inacceptables au vu de la situation des éleveurs. Ils conduiront Sodiaal à être probablement en queue de peloton des entreprises de l’Ouest. En intégrant du prix B, la moyenne de Sodiaal dans l’Ouest sera au final inférieure pour 2016 à celle des autres entreprises laitières.
Pour la FRSEAO section lait et les JA de l’Ouest, c’est inadmissible. Nous attendons beaucoup plus de la grande coopérative Sodiaal. Il n’est pas encore trop tard ! Le Conseil d’Administration de Sodiaal doit prendre rapidement des décisions à la fois sur les prix A et B pour les derniers mois de l’année. Pour cela, Sodiaal peut s’appuyer sur un marché intérieur valorisant et un marché mondial en reprise. »
Pour information, le schéma Sodiaal de volume A et B est appliqué depuis le 1er avril 2011. Le volume A est facturé sur la base du prix interprofessionnel et le volume B sur la valorisation du beurre-poudre calculé par le CNIEL (Centre National Interprofessionnel de l’Economie Laitière).
yoplait

Tagged , , ,

Articles liés

One Commentaire

  1. Allard01/11/2016 at 12:50

    Une des solutions est le boycotte des produits Lactalis , et de faire des GAEC ( Groupement agricole d’exploitation en communs ) pour ne plus avoir besoin de ce groupe !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Carrefour Un Combat pour la liberté
Animateur du site
Yves Soulabail Yves Soulabail est conseil en retail et formateur. Membre de l’Association Etienne Thil, secrétaire général de l’Association pour l’Histoire du Commerce, il sauvegarde les archives du secteur et perpétue les enseignements de Bernardo Trujillo.
Ce site est indépendant de la société Carrefour, ne contient et n'exprime que des avis et propositions personnels qui n'engagent en aucune façon la société.
Message à destination des actionnaires du Groupe Carrefour