Carrefour Un combat pour la libertél

L’hyper Duel : Leclerc/Fournier – France 5 – 5 mars 2014 à 21:35

28/02/2015 par Soulabail rubrique Histoire du commerce - 0 Commentaire

Voici la bande annonce du documentaire exceptionnel diffusé le jeudi 5 mars 2014 sur France 5, dont nous avions déjà évoqué le résumé.

L’hyper Duel : teaser du documentaire

Réalisation > Philippe ALLANTE – Conseiller historique > Yves Soulabail – Nilaya Productions

Commentaire de Télérama

image duelC’est l’histoire d’une lutte sans merci, entre Marcel Fournier, le fondateur de Carrefour et Edouard Leclerc, l’épicier-militant.
À partir de 1959, c’est un bras de fer commercial qui s’engage, sur fond de combat idéologique, de coups marketings et d’affrontement sur les implantations de magasins, qui va donner naissance à deux géants du commerce. Marcel, le savoyard, qui avait un destin de commerçant tout tracé, rêve de commerce à l’américaine. Pour casser les prix, il va devenir un cow-boys des économies d’échelles, en osant vendre pour la première fois de l’alimentation et des vêtements dans un même magasin.
Edouard, le breton, qui aurait dû devenir militaire ou prêtre, se trouve une vocation « vendre à prix de gros » en supprimant les intermédiaires pour aider les français dès l’après-guerre à manger mieux en dépensant moins.
Ces stratégies opposées, entre ces deux pionniers de la grande distribution, vont bouleverser, en moins de 20 ans, les modes de consommation des français et les rendre accros aux prix cassés.
L’épicier de Landerneau pour imposer ces centres de distribution à travers l’hexagone, va obtenir le soutien du Général De Gaulle. De son côté, le visionnaire savoyard, gonflé à bloc par des séminaires suivis à Dayton, va lancer son concept d’Hypermarché en 1963.
Avec des surfaces de vente qui vont passer de 2.300 à plus de 10.000 m², il va trouver dès le début des années 70, le soutien de la bourse. Dès lors, cet hyper duel va faire beaucoup de dégâts collatéraux, d’abord chez les petits commerçants. Le ralentissement de l’économie, en 1974, à la suite du première crise pétrolière, va entraîner une guerre des prix encore plus féroce entre les deux géants du commerce, et c’est les petites et moyennes entreprises françaises qui vont en faire les frais.
Ce combat entre les deux tontons flingueurs de prix, s’achèvera à l’aube des années 80, quand Marcel Fournier usé par les nouvelles méthodes commerciales, sans foi ni loi, passe la main. C’est la fin de vingt années de batailles, mais pas de la guerre sans merci pour régner sur le marché des hypermarchés en France.

Pour revoir des passages du documentaire : http://www.france5.fr/emissions/duels/diffusions/05-03-2015_306471

Intervenants par ordre d’apparition dans le film L’hyper Duel

Hervé PATURLE : Ce journaliste sexagénaire, est le petit neveu de Marcel Fournier. Il a écrit une biographie à propos de son oncle sous le titre de « Marcel Fournier, l’hyperman ». Il a mené des recherches pendant plus de 5 ans à travers toute la famille, pour réunir tous les documents qui révèlent les ambitions du jeune homme qui allait inventer l’hypermarché.

Hélène LECLERC : Elle est l’épouse d’Edouard Leclerc, décédé en 2012. Elle n’était pas intervenue à la télé depuis plus de 20 ans. Avant d’être madame Leclerc, Hélène Diquélou – née en 1927 – était la fille de Pierre-Jean et Yvonne Diquélou. Ses parents tinrent ensemble un commerce de chaussures à Brest avant de revenir à Landerneau où son père devint photographe avec sa femme travaillant à ses côtés. Hélène, rodée au commerce, a pris une part importante dans la réussite des premiers Centres Leclerc, tout en assumant son rôle de mère avec 3 enfants. Rappelons que c’est le couple – et non Édouard Leclerc seul – qui a lancé et fait fonctionner le premier Centre Distributeur, à Landerneau ! D’autre part, à partir des années 1960, Hélène Leclerc s’est consacrée, par passion et conviction, à la branche Textiles du Mouvement E. Leclerc.

Michel MONTLAUR : Il a commencé sa carrière comme grossiste en spiritueux dans le sud-ouest de la France. Mais sentant le vent tourner et les affaires devenant moins florissantes, il décide de rencontrer Edouard Leclerc dès 1959. Il fera partie des tous premiers compères qui n’étaient pas breton. Mais en 1966, il sera aussi parmi les premiers à le quitter pour monter sa propre enseigne de supermarchés. Il deviendra un très grand commerçant dans le sud-ouest de la France en étant à la tête d’une dizaine de super et d’hypermarchés. Mais en 1991, à la suite de grandes manœuvres dans les centrales d’achat qui se partagent l’hexagone, celui qui quelques mois plus tôt occupait la 9e place dans le palmarès de la Grande Distribution, se trouve en cessation de paiement avant de céder ses magasins à Carrefour !

Jean-Marc VILLERMÉ : Professeur et historien, il a été le tout premier à s’intéresser à l’histoire du grand commerçant savoyard. Sa thèse et devenue un ouvrage de référence : « Naissance de l’hypermarché », où il relate toutes les coulisses des débuts de l’empire Carrefour. Il est un spécialiste des archives de Haute-Savoie à Annecy qui sont devenues sont lieu de prédilection. Jean-Marc Villermet est également le créateur du festival « les arts jaillissants » à Montsapey en Maurienne qui célèbre chaque été en juillet la musique classique dans ce cadre enchanteur de la Vanoise.

Jean MÉO : Lorsqu’il rencontre pour la première fois Edouard Leclerc au tout début de l’année 1960, ce jeune ingénieur des Mines vient d’être fraîchement nommé conseiller économique de Charles de Gaulle. C’est lui qui prend la décision de présenter E. Leclerc au Général De Gaulle, c’est lui aussi qui décidera de transplanter les halles de Paris vers Rungis à Orly. Directeur général de l’Union générale des pétroles (UGP) en 1964, Jean Méo devient directeur général délégué de France éditions et publication (FEP) qui édite le quotidien France-Soir en 1972. Il est ensuite président de l’agence Havas de 1974 à 1978. Conseiller économique de Jacques Chirac en 1979, il est nommé peu après secrétaire général adjoint du RPR. Candidat sur la liste « Défense des intérêts de la France en Europe » (DIFE) lors des élections européennes de juin 1979, il siège finalement à Strasbourg pendant un an entre 1981 et 1982. Il est président de l’Institut français du pétrole de 1986 à 1992 !

Livre en volumeYves SOULABAIL : Yves Soulabail est consultant et formateur dans le domaine commercial. Éditeur, il est également l’auteur du livre et du site internet « Carrefour Un combat pour la liberté » dévoilant la saga du lancement les Produits Libres de Carrefour en 1976. Il est aussi « le » spécialiste des apports de Bernardo Trujillo, le « Pape de la distribution » qui a vu passer dans ses séminaires une bonne partie des grands patrons français pendant les années 60. Membre de l’Association Etienne Thil, ce spécialiste de l’histoire de la « grande distribution » participe activement à la sauvegarde des archives de la grande distribution notamment comme Secrétaire général de l’Association pour l’Histoire du Commerce. Il prépare également la publication d’un ouvrage à propos des véritables débuts des Centres Leclerc.

Paul DUBRULE : Né le 6 juillet 1934 à Tourcoing, après avoir été diplômé de l’Institut des hautes études commerciales de l’Université de Genève, il part à 22 ans aux Etats-Unis pour tenter d’y faire fortune. Celui qui va devenir le créateur du géant de l’hôtellerie mondiale avec le groupe ACCOR se retrouve embauché par la NCR pour traduire les propos de Bernardo Trujillo. Le gourou des séminaires de la NCR, le prend en amitié et le jeune Paul Dubrule décide d’appliquer les propos du maître et fonde avec Gérard Pélisson, sa première chaîne hôtelière, Novotel, en 1963. C’est le début d’une « success story » inouïe !

Michel CROSET : Âgé de 22 ans seulement en 1959, il se souvient très bien de « Monsieur Marcel » qui l’avait embauché dans la société Carrefour qu’il venait de créer. Michel Croset, qui a passé plus de trente ans chez Carrefour, est la mémoire vivante des grands débuts des supers et des hypermarchés. Comme le 5 juin 1963, où il fallait réguler les vagues de clients qui tentaient de se précipiter dans le « grand magasin libre-service » de Sainte-Geneviève des Bois. Mais celui qui a été également adjoint-au maire de la ville d’Annecy, collectionne dans son garage les premières caisses enregistreuses de Carrefour !

Olivier DAUVERS : Journaliste, animateur des journées de l’IFM, éditeur, il est l’un des spécialistes du monde de la Grande Distribution en France. Entre 2000 et 2010, il a souvent approché Edouard Leclerc et a eu la faveur de plusieurs longues interviews qui lui ont permis de mieux cerner l’homme et ses véritables valeurs. Il est également à la tête du site « grande Conso » et l’auteur de : « Le commerce en 2053″ (2003), « La Saga du commerce français » (2004), « Value for money – De l’ère du prix à l’ère de la valeur » (2007), « Le magasin de demain s’invente aujourd’hui – Tome 1 : Real Future Store Tönivorst » (2008), « Image-Prix mode d’emploi » (2008), « Le magasin de demain s’invente aujourd’hui – Tome 2 : Red Market Gembloux » (2009), « Mieux piloter sa Relation-Client » (2010) !

Claude SORDET : Claude Sordet dans sa longue carrière dans de grand commerçant a eu de multiples casquettes qui lui ont permis de bien connaitre à la fois Edouard Leclerc puis Marcel Fournier. Jeune succursaliste en Bretagne, il s’est confronté très tôt à la concurrence des centres Leclerc. Puis il a croisé plusieurs fois Marcel Fournier qui l’a même invité plusieurs fois à jouer aux cartes avec lui. Il est devenu ensuite patron de presse en éditant la revue spécialisée dans le « grand Commerce », LSA. Il a enseigné dans de nombreuses Ecoles et Universités (ESCP, HEC, ESSEC…) et est Président d’honneur de l’Association pour l’Histoire du Commerce !

Jacques SEGUELA : Entre 1975 et 1976, Jacques Séguéla, à 41 ans, réalise le premier gros coup de sa jeune carrière de publicitaire. Le seul gros budget de l’agence qu’il dirigeait avec Bernard Roux, c’était Citroën. Alors quand l’équipe de Carrefour débarque pour créer la campagne la plus chère de la décennie et relancer l’enseigne, cela va être un pari énorme au travers de la campagne des « produits libres », une réinterprétation des marques de distributeurs. C’est un séisme commercial lui vaudra un bannissement de la part de l’Oréal et d’autres grandes marques !

Michel DECRÉ : Il est le descendant de la famille de commerçants Nantais, qui a régné sur la ville avec son « grand magasin » pendant plus de 50 ans. Il se souvient avoir rencontré Edouard Leclerc qui venait demander à son père des conseils. Il a été à la tête de plusieurs hypermarchés « Record », mais la concurrence va être trop dure avec Carrefour et Leclerc. Elle sera encore plus impitoyable, lorsque Michel Decré souhaitera référencer sa marque « Frigécrème » qui était le n°3 de la glace en France dans les années 70. Il se souvient très bien des humiliations subies dans les bureaux des centrales d’achats Leclerc.

L'hyper Duel edouard leclerc marcel fournier
L’hyper Duel

Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Articles liés

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

20e Colloque Etienne Thil 2017
Carrefour Un Combat pour la liberté
Animateur du site
Yves Soulabail Yves Soulabail est conseil en retail et formateur. Membre de l’Association Etienne Thil, secrétaire général de l’Association pour l’Histoire du Commerce, il sauvegarde les archives du secteur et perpétue les enseignements de Bernardo Trujillo.
Ce site est indépendant de la société Carrefour, ne contient et n'exprime que des avis et propositions personnels qui n'engagent en aucune façon la société.
Message à destination des actionnaires du Groupe Carrefour