Carrefour Un combat pour la libertél

L’interdiction des sacs plastiques dans les magasins wallons est contre-productive

03/02/2016 par Soulabail rubrique Actualité retail - 1 Commentaire

Comeos, la fédération du commerce et des services, se dit consternée par l’avant-projet de décret wallon visant à interdire totalement les sacs plastiques dans les magasins. Avec cette mesure, la Wallonie va au-delà des exigences européennes et plonge les magasins wallons dans une situation kafkaïenne.

L’avant-projet de décret qui est actuellement sur la table vise à interdire totalement les sacs en plastique à usage unique dans les magasins. Il ne s’agit donc pas uniquement des sacs de caisse (encore rarement) distribués aux clients, mais également des sacs légers utilisés pour emballer les fruits et légumes, le poisson et la viande. « D’une part, nous sommes obligés, à juste titre, de garantir l’hygiène et la sécurité alimentaire mais, d’autre part, les pouvoirs publics nous en empêchent », déclare Dominique Michel, CEO de Comeos. « Il s’agit d’une situation purement kafkaïenne, cette mesure est tout à fait incompréhensible. Nous demandons donc instamment qu’une concertation soit organisée entre les régions, que les sacs ultrafins pour les aliments frais soient exemptés d’une telle interdiction et que les sacs plastiques qui sont encore distribués aux caisses deviennent payants. »

Deux types de sacs plastiques

Il existe dans le commerce deux types de sacs plastiques : les sacs plastiques à usage unique, qui étaient distribués gratuitement aux caisses jusqu’en 2003, et les sacs ultrafins, destinés à emballer les fruits et légumes achetés en vrac et à protéger le reste des achats de l’humidité de la viande et du poisson.

Sacs à la caisse : 80% en moins

« Depuis 2003, le nombre total de sacs plastiques à usage unique a diminué de pas moins de 80% », déclare Dominique Michel. « Notre approche – l’initiative venait des supermarchés et de Comeos –  est saluée par l’Europe : nous sommes parvenus à remplacer la montagne de sacs plastiques disponibles aux caisses par des alternatives réutilisables, sans l’intervention des pouvoirs publics. Les clients ont d’ailleurs accepté ce changement sans aucun problème : ils utilisent à présent des sacs réutilisables, des caisses pliantes ou des boîtes pour emporter leurs courses. »

La Belgique : meilleur élève au niveau européen

Un décret européen vise à réduire encore davantage la distribution de sacs de caisse à usage unique. « Mais la Belgique a déjà largement dépassé les objectifs européens. Seuls les achats compulsifs et le secteur non food font encore exception. Si l’on veut encore réduire ce chiffre, ces sacs devront être rendus payants. L’Europe a clairement annoncé le sac ultra-fin, utilisé afin de garantir l’hygiène et la sécurité alimentaire, peut continuer à être distribué. La Wallonie veut pourtant les interdire », déclare  Michel.

Sacs ultra-fins : aucune alternative

« Il n’existe pas d’alternatives valables », affirme Dominique Michel. « Les sacs en papier sont plus coûteux (ils sont en moyenne 3,6 fois plus chers) et ne protègent pas suffisamment les denrées alimentaires. L’humidité de la viande et du poisson est absorbée et rejetée par le sac en papier qui, par ailleurs, risque de se déchirer lorsqu’il contient  des fruits et légumes frais, également humides. D’autre part, nos poids lourds peuvent transporter cinq fois moins de sacs en papier que de rouleaux de sacs plastiques ultrafins. Cela représente donc un surcoût pour le commerçant et une atteinte à la mobilité et à l’environnement. » Par conséquent, les supermarchés se tourneront davantage vers les fruits et légumes préemballés, générant encore plus d’emballages, alors que tout le monde s’accorde pour essayer de les réduire. Enfin, cette mesure bloquera l’innovation en la matière : la recherche de sacs plastiques cent pour cent dégradables n’aura plus de sens puisqu’ils seront de toute façon interdits. Elle aura donc un effet pervers.

Et maintenant ?

« L’absence de concertation au sein de la Commission interrégionale de l’Emballage m’étonne », conclut Dominique Michel. « Car, bien que notre pays ne soit pas plus grand qu’un timbre-poste, nous sommes à présent confrontés à une interdiction dans les magasins wallons, mais pas en Flandre et à Bruxelles. Kafka a de beaux jours devant lui ! »

Tagged

Articles liés

One Commentaire

  1. Debeaumont03/02/2016 at 15:36

    Il faut faire attention à l ‘étouffement entre le sac Wallon et le flamand !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Carrefour Un Combat pour la liberté
Animateur du site
Yves Soulabail Yves Soulabail est conseil en retail et formateur. Membre de l’Association Etienne Thil, secrétaire général de l’Association pour l’Histoire du Commerce, il sauvegarde les archives du secteur et perpétue les enseignements de Bernardo Trujillo.
Ce site est indépendant de la société Carrefour, ne contient et n'exprime que des avis et propositions personnels qui n'engagent en aucune façon la société.
Message à destination des actionnaires du Groupe Carrefour