Carrefour Un combat pour la libertél

Loi Alimentation : un risque économique pour les PME françaises

Avec l’entrée en application du relèvement de 10% du SRP (Seuil de Revente à Perte) le 1er février 2019, les observateurs se focalisent sur l’augmentation des prix consommateurs qui en résulterait. La tartuferie des Egalim va montrer dans les faits ses mécanismes qui donnent aux multinationales encore un peu plus les clés de la France.

Lorsque l’on détruit la France en son nom

La FEEF rappelle qu’au niveau industriel, les PME françaises qui représentent 98% des fournisseurs de la distribution vont être les premières fragilisées par le SRP majoré sans permettre de revalorisation des revenus agricoles. La principale organisation agricoles s’en mordra les doigts…

Pourquoi la hausse des prix va fragiliser les PME Françaises ?

La logique économique des distributeurs est
de raisonner en masse de marge c’est-à-dire la marge multipliée par le nombre
de ventes.

Au profit de qui ? Les marques multinationales…

Ainsi, la mise en place d’un SRP majoré va se
traduire par une préférence des distributeurs pour les rayons à fort volume,
générateurs d’une masse de marge plus importante, et donc les grandes marques
des multinationales.

En d’autres termes, le SRP majoré équivaut à offrir
sur un plateau des parts de linéaires en plus aux multinationales sans qu’elles
créent de la valeur en contrepartie.

Au détriment de qui ? Les PME, les consommateurs et les agriculteurs

En conséquence, les marques PME françaises vont voir leur attractivité diminuer, se traduisant par un moindre accès aux linéaires et la réduction du nombre de références PME dans les magasins. Les Producteurs de MDD, majoritairement français, vont également souffrir de cette situation, d’autant que les distributeurs indiquent vouloir compenser la hausse des prix sur ces produits.

Cela va se faire également aux dépens des attentes consommateurs dans la mesure où ce sont les marques PME qui
apportent de la différenciation et de la valorisation aux enseignes.

En effet, depuis 5 ans, 80% de la
croissance des ventes de la grande distribution s’expliquent par les marques
PME (panel Nielsen*).

SRP MAJORÉ DE 10% =
– Fragilisation des PME des territoires (20 000 entreprises, 250 000 emplois, 100 Mds € CA)
– Effets destructeurs sur l’investissement, le tissu productif et l’emploi local
– Pas de ruissellement vers les agriculteurs !

La vision des distributeurs

Dominique Schelcher – patron de Système

Ce serait bien la première fois dans l’histoire du commerce que cet effet décrit ici par Dominique Schelcherserait visible…

Michel-Edouard Leclerc – E.Leclerc

Exemple d’échange courtois…

Carrefour

* Source : Baromètre Nielsen « PME-commerce :
mieux travailler ensemble
 », octobre 2018


Articles liés

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Suivez-nous
Documentaire TV
Carrefour Un Combat pour la liberté
Groupe LinkedIn