Carrefour Un combat pour la libertél

Plainte contre Trierweiler : Xavier Kemlin fait appel de ce "déni de justice"

18/12/2014 par Soulabail rubrique Actualité retail - 6 Commentaires

Nous reprenons ici l’intégralité d’un article publié sur un site Révolte Exprime Toi : « Quel mépris, quel splendide foutage de gueule de l’institution judiciaire que cette ordonnance de refus d’informer la plainte de Xavier Kemlin contre Valérie Trierweiler pour recel de détournement de fonds publics.

C’est l’histoire du serpent qui se mord la queue
Les faits sont là, exposés quotidiennement à la vue de tous. Ils sont confirmés par le “refus d’informer” (dans le cas contraire, il y aurait eu un non-lieu) et la constitution de partie civile est reconnue ni abusive ni dilatoire (sinon il y aurait eu une amende)… L’Art. 86 du Code de procédure pénale est mis en avant “Les faits ne peuvent légalement comporter une poursuite ou si, à supposer ces faits démontrés, ils ne peuvent admettre aucune qualification pénale.
Reconnaître le recel de détournement de fonds publics serait admettre que le Président commet un délit répréhensible. Inconcevable pour les juges rouges ! Cette négligence coupable de détournement de fonds publics – ou d’abus de biens publics – menace directement François Hollande de destitution suivie de poursuites judiciaires !
Des fonds certes mais Hollande serait intouchable, donc pas de “détournement” – ni d’abus de biens et de pouvoir ni de négligence – donc pas de recel par [Valérie] Trierweiler.
Cet article 67 de la Constitution française qui stipule que “Le Président de la République n’est pas responsable des actes accomplis en cette qualité” est la panacée universelle contre l’accusation de corruption. Pour sceller définitivement ce cercle vicieux, il convient évidemment d’omettre l’article 68 qui bat en brèche l’irresponsabilité constitutionnelle du Président “en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat“…
Circulez, il n’y a rien à voir !

Le détournement de fonds publics “ne rentre pas dans la discussion”, pourtant on va le justifier tout au long de l’ordonnance avec une mauvaise-foi ahurissante et le relativiser artificiellement
Pour justifier l’absence de détournement de fonds publics, les juristes redoublent d’arguments tous plus subjectifs et inappropriés les uns que les autres. Le scandale Cahuzac nous a démontré comment les socialistes bâtissent des “Murailles de Chine” entre la fonction et le fonctionnaire. Là, nous assistons à la magie du paradigme socialiste : le détournement de fonds publics sous la responsabilité de Hollande est requalifié en “utilisation des fonds du budget de la présidence de la République au bénéfice de la compagne de l’actuel Chef de l’Etat.” Et hop ! Hollande a disparu, astucieusement remplacé par un “élément matériel central”.
Le public applaudit le tour de passe-passe et attend la suite avec impatience !
L’artiste rédacteur détourne l’attention en racontant pêle-mêle l’histoire puisée dans Wikipedia de la First Lady Michèle épouse Obama, de la Première Dame Carla épouse Sarkozy et des traditions de Côte d’Ivoire ou de Haïti. On croit rêver !

La Cour des comptes ne critique pas 
Grand moment que cet argument massue qui achève de noyer le poisson : la Cour des comptes ne relève aucun excès de la prise en charge des frais occasionnés par la concubine depuis l’intronisation de François Hollande.
L’organisme signale la “simple rubrique” dédiée à la dame Trierweiler sur le site de l’Élysée qui remplace “avantageusement” selon le parquet, le site de la fondation de Carla Sarkozy destiné à faciliter l’accès à l’éducation, à la culture des publics vulnérables.
Ainsi établissent-ils un parallèle entre l’initiative caritative de l’épouse dévouée du Président Sarkozy, (site dont “tous les contenus visibles sur ce site ont été intégralement financés par la Fondation. (…) Ils n’ont été en aucune façon financés par l’État ou quelque autre entité extérieure à la Fondation, et ceci depuis la création du site“) avec la biographie élogieuse et cursus professionnel de la journaliste concubine du Président Hollande !
Le clou de la “démonstration” des juges, summum de l’hypocrisie, arrive enfin.
Roulement de tambour …

Collaboratrice bénévole du service public de la Présidence ou du Président (…) qui participe à l’exercice d’une mission relevant de l’intérêt général
On se pince en lisant que Mme Trierweiler serait finalement un peu comme une “collaboratrice bénévole du service public de la Présidence ou du Président” et que par conséquent elle est à la charge du contribuable, elle et toute sa cour ainsi que ses proches entourés de gardes du corps.

Mme Trierweiler respecte-t-elle son devoir de réserve avec son tweet de soutien à Olivier Falorni opposé à Ségolène Royal, quand elle s’insurge et plaide en faveur du retour de Léonarda Dibrani expulsée avec sa famille conformément à la loi, en obligeant son concubin à prendre une posture grotesque : “Elle peut revenir mais seule !“, quand elle reconduit Julien Dray à la porte du QG de Hollande parce qu’il a convié DSK à son anniversaire, quand elle intervient pour faire censurer ou virer journalistes ou humoristes qui lui déplaisent comme Pierre Salviac viré de RTL ou Laurent Gerra interdit de parodier la présidence, quand elle fait en sorte que son fils arrêté puis relâché dans la foulée ne soit pas poursuivi pour trafic de drogue… ?

Valérie Trierweiler soutient-elle François Hollande quand il adressait un mot de soutien à la mère de ses enfants qui affrontait Olivier Falorni, quand elle refuse d’être appelée “première dame” et continue des chroniques pour “Paris Match” se revendiquant “première journaliste” ?

Valérie Trierweiler remplit-elle une “mission de service public relevant de l’intérêt général” quand elle envoie ses chroniques à son employeur depuis l’Élysée, où elle dispose d’un staff de journalistes et secrétaires 24h/24 ?

Mme Trierweiler serait-elle la dame patronnesse de l’Elysée alors qu’elle est intégralement prise en charge par les deniers publics tout comme les gros bras protecteurs des membres de sa famille , qu’elle jouit d’innombrables avantages en nature ?

L’habitude étant prise par le régime de comparer Mme Trierweiler aux premières Dames de France qui l’ont précédée à l’Élysée, on remarquera qu’aucune de ces épouses n’a conservé d’activité professionnelle pour se consacrer exclusivement, avec discrétion à ce devoir de soutien au Président et à cette responsabilité de représentation nationale !

Que pouvons-nous attendre des tribunaux qu’illustre le “Mur des Cons” du syndicat de la magistrature ? 
Les cinq pages de cette ordonnance de refus d’informer sont une insulte à l’intelligence et au courage de Monsieur Kemlin, aux milliers de Français, électeurs et contribuables qui soutiennent sa démarche en particulier à travers la pétition ci-dessous.
Ce “bénévolat” de Mme Trieweiler évoqué par la magistrature est injurieux pour tous ceux et celles dans les associations caritatives qui donnent tout et ne reçoivent rien !
Dans cette affaire hautement explosive, les juges noient un détournement de fonds publics et son usage personnel dans un océan d’allégations aussi farfelues que prétentieuses et sans aucun intérêt pour la vérité. Monsieur Kemlin m’a confié vouloir faire appel de cette décision. Nous nous en réjouissons tous bien sûr.

Face à ce nouveau déni de justice
Dans l’hypothèse où nous serions contraints de nous ranger à cette “démonstration” capillotractée du Parquet, la concubine continuerait à jouer “la riche petite sœur des pauvres de la planète”. Soit, mais alors…
Bientôt le 31décembre, l’occasion pour le Président et sa concubine notoire de participer à l’effort fiscal républicain : vont-ils enfin faire une déclaration commune de patrimoine ISF ?
Ou bien va-t-on relever opportunément le seuil de l’Impôt sur la Fortune ?

En cette fin 2013, Monsieur Hollande, Madame Trierweiler, les yeux dans les yeux, oui ou non, vos patrimoines personnels cumulés vous rendent-ils éligibles à l’ISF ? »

Evidemment, bien loin des faux sites de réaction politique.

Texte original de cet article, rédigé par Calculette pour Révolte Exprime Toi

Vu dans une vitrine du Vieux-Lyon !

hollande guignol

Autre sujet


Tagged , ,

Articles liés

6 Commentaires

  1. Youssef18/12/2013 at 09:48

    Il y encore des hommes qui osent, mais une majorité qui s’oppose à ceux qui osent. Comment se faire entendre ? Question que des générations se sont posée, cela s’est souvent terminé par le soulèvement des peuples

  2. Le Loup18/12/2013 at 09:57Auteur

    La réponse : prendre la main… cela reste un combat.

  3. Sniper18/12/2013 at 10:12

    Il faut faire également preuve de finesse et trouver les bonnes cibles prioritaires. Il ne faut peut être pas une déstabilisation globale mais trouver où agir pour faire s’effondrer le château de cartes, il n’est pas si inébranlable qu’il n’y parait. Il y aura bien entendu des dégâts collatéraux, il faut juste s’y préparer

  4. caissière d'exhyparlo18/12/2013 at 14:55

    merci monsieur le loup de nous informer de ce que fait monsieur kemlin qui a defendu ses interets mais aussi ceux des salaries dhyparlo que le direction a volé. on dis dans les couloirs que cest lui qui a fait nommer le nouveau pdg ! est ce que s est vrai ? en tout cas bravo a vous et merci d informer le personnel ! moi je regrette d avoir vote hollande

  5. Ravière20/12/2013 at 08:41

    J’ai préféré proposer Georges Plassat !
    Mais il m’a vite oublié…! Je m’attendais pas à autre chose !
    Moi je, moi président…! on connait la chanson. Il y en a déjà un !!!

  6. Le Loup21/12/2013 at 13:19Auteur

    Il me semble que la réponse est faite par Carrefour…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Suivez-nous
Documentaire TV
Carrefour Un Combat pour la liberté
Groupe LinkedIn