Carrefour Un combat pour la libertél

Pourquoi Candia promet seulement 6 centimes de plus pour ses éleveurs ?

27/04/2018 par Soulabail rubrique Actualité retail - 0 Commentaire

Le monde des producteurs de lait n’est pas de tout repos, c’est le moins que l’on puisse dire ! Pourquoi Candia fait une annonce aujourd’hui indiquant vouloir rémunérer à 6 centimes de plus le litre de lait ? Au profit de qui cette annonce est-elle réellement faite ? Voilà deux questions simples que la presse spécialisée, biberonné de publicité, devrait se poser.

candia les laitiers responsables sodiaal

La marque Candia (Sodiaal) travaille-t-elle exclusivement au profit de ses producteurs ?

On peut toujours voir le mal où il ne serait pas. On peut aussi essayer de nous faire avaler des fadaises. C’est devenu – au grand dam de nos détracteurs – la marque de notre indépendance d’esprit. Quoi qu’il en soit, alors que l’on voyait se développer des initiatives visant à soutenir le métier de producteur de lait sur la valeur payée, des grands acteurs s’engouffrent sur ce nouveau marché fort rémunérateur. Il faut comprendre que l’éthique n’est pas toujours partagée surtout lorsqu’elle devient argument marketing. Les plus gros voyant d’un mauvais œil le fait que la valeur ajoutée puisse leur échapper en raison de la multiplication des initiatives indépendante, il fallait donc réagir et contre-attaquer tout en tenant le marché.

200 millions de litres annoncés par Candia ce n’est pas rien. Une belle manière pour tuer les initiatives plus rémunératrices et atomiser le marché. La stratégie est-elle de diluer les premières initiatives dans une fontaine de lait ? Sauf que l’on s’interroge sur la capacité de l’offre des grandes coopératives à être véritablement nourricières pour leurs éleveurs. Avec 6 centimes de plus, les véritables problèmes pour eux seront-ils résolus ? On confond, en tout cas ici, jambe de bois et solution pérenne. 6 centimes de plus pour les producteurs alors que l’entreprise Candia annonce un prix de vente consommateur à 1 euro le litre et que le marché était à 0,99 cts sur ce type de positionnement ! Où va donc le centime supplémentaire ? Autant dire qu’il va falloir compter au plus juste car l’herbe ne va pas être si grasse qu’espérée pour les éleveurs concernés. En revanche, la survaleur dégagée permettra d’asseoir encore plus la position de la coopérative en ayant augmenté le prix moyen de marché à son profit et à celui des distributeurs, voire de leurs marques de distributeurs, mais au détriment des consommateurs.

6 centimes de plus… mais en plus que quoi ?

“OUI nous appartenons à 20.000 éleveurs OUI nous avons des valeurs” proclame Sodiaal. Mais où va donc la valeur ajoutée du prix annoncé à 1 euro ? La question reste posée. Pourquoi seulement 6 centimes pour Les Laitiers Responsables avec un tel cahier des charges ? Faut-il comprendre que pour ces 20.000 éleveurs il n’y aura pas de péréquation ? Ceux qui seront engagés dans ce programme auront 6 centimes de plus… et pour les autres qu’adviendra-t-il ? La même chose précise le communiqué de Sodiaal, avec 1,5 cts de plus pour ceux qui appliquent le cahier des charges. Difficile à comprendre surtout si l’on souhaite en effet créer un nouveau segment de marché où tous ne peuvent être.

Rappelons que les prix sont aujourd’hui plus proches des 300 euros du mille chez Lactalis, voir 350 dans les Coop, sans compter une grosse problématique de déstockage de poudre de lait de la Communauté Européenne doit traiter rapidement et qui risque encore de faire chuter lourdement les marchés (puisque les marchés du lait sont indexés sur la poudre). Dans cette situation, les producteurs ne vivront plus. La bascule pour devenir “Les Laitiers Responsables” est donc obligatoire pour grappiller ces quelques centimes, mais à quel coût devra s’opérer cette transformation pour les éleveurs ? S’ils absorbent justement les 6 centimes évoqués dans leur compte d’exploitation l’opération sera blanche… et qui supportera les coûts liés au temps qu’il faudra pour obtenir le label ? Cela transforme une grande partie de la filière, mais ne résout toujours rien pour ces éleveurs.

Les coopératives, on le voit de longue date, n’ont pas toujours les mêmes intérêts que leurs propres membres…

Candia communique :  Une philosophie de production qui allie bien être animal, une alimentation non ogm, une période de pâturage minimale de 150 jours et une meilleure rémunération pour l’éleveur. Fier d’en faire partie 

Ouvrir un nouveau marché, ou tuer des initiatives indépendantes ?

6 centimes est annoncé… on ne sait pas bien à quoi ce montant s’ajoute pour le moment, d’autant que des concurrents annonceraient jusqu’à 45 centimes le litre au profit des producteurs. Autant dire une frontière infranchissable de la part de Sodiaal qui se verrait obligé de réduire ses propres marges pour les éleveurs dans ces conditions. On comprend alors la stratégie de la coopérative de faire sauter le seuil psychologique de 1 euro. Veulent-ils ainsi faire basculer tout le marché ?

C’est qui le patron à fait bondir le marché avec un volume annoncé de 30 millions de briques. Dans ces conditions, les 200 millions attendus par Sodiaal se doivent de contrecarrer globalement toutes les initiatives qui cumulent à minima à 65 millions de briques. C’est que les petites initiatives des débuts prennent de la place sur ce marché.

On ne parle même pas des distributeurs comme Intermarché à 88 centimes le litre avec “Les éleveurs vous disent MERCI!” qui annonce redonner 44 centimes aux éleveurs, ce qui selon nos informations ne couvre pas les coûts de fabrication et n’offrirait pas de marge à ses propres magasins, sauf à refaire de la compensation entre la centrale et les magasins… Une initiative absolument contraire à la stratégie actuelle de Sodiaal qui cherche à hausser le prix consommateur.

Il fallait bien, pour éviter que les marchés de croissance ne puissent leur échapper, que les Coopératives comme Sodiaal reprennent la main ;- ) Mais dans quelles conditions ? Alors que les solutions sont connues, mais que certaines organisations syndicales n’en veulent pas… allez savoir pourquoi !

On attendra dans un deuxième temps la position les distributeurs.

“Les laitiers responsables” chez sodiaal

Candia


Tagged , ,

Articles liés

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

2030 C'était la fin de l'agriculture française
Suivez-nous
Documentaire TV
Pouvoir d’achat
Appel de Michel Leclerc aux candidats à la présidentielle 2017
Carrefour Un Combat pour la liberté
Groupe LinkedIn
Animateur du site
Yves Soulabail Yves Soulabail est conseil en retail et formateur. Membre de l’Association Etienne Thil, secrétaire général de l’Association pour l’Histoire du Commerce, il sauvegarde les archives du secteur et perpétue les enseignements de Bernardo Trujillo.