Carrefour Un combat pour la libertél

Gérard Mulliez, le secret de la richesse d’Auchan se trouve dans ce séminaire de la NCR

On dit parfois que la richesse est avant tout faite de rencontre… C’est sans doute le cas également pour les grandes familles.
Nous sommes entre le 22 et le 27 janvier 1961, sur le parvis du bâtiment emblématique du siège social mondial et opérationnel de la NCR à Dayton (Ohio). S’y déroulait ce qui deviendra les fameux séminaires MMM, dirigés par Bernardo Trujillo. Avec son équipe, ils purent montrer à Gérard Mulliez – inscrit comme “Sales Manager, Phildar, 112 rue du collège, Roubaix ” – les bouleversements du commerce américain et comment les formes de magasins en libre-serviceallaient modifier en France le paysage économique. C’est à son retour que Gérard Mulliez décide de lancer son premier supermarché, le 6 juillet 1961. Gérard Mulliez père avait eu l’occasion également de faire le déplacement entre la fin novembre et le début décembre 1960.

Le  secret de Gérard Mulliez : une richesse faite d’hommes
“Acheter librement ce que l’on désir, payer moins cher ce dont on a besoin, c’est peut-être cela la vraie démocratie. Les théoriciens, les doctrinaires, les savants trouveront ces définitions simplistes, terre à terre. Mais c’est de cette démocratie de tous les jours que rêvent les hommes du monde entier.” [Etienne Thil à Bernardo Trujillo, 3 août 1966]

gerard mulliez auchan ncr mmm seminaire dayton

Gérard Mulliez au séminaire de la NCR à Dayton (Ohio). L’idée du premier supermarché Auchan est peut-être née à cette occasion.


Tagged

Articles liés

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

2030 C'était la fin de l'agriculture française
Suivez-nous
Documentaire TV
Pouvoir d’achat
Appel de Michel Leclerc aux candidats à la présidentielle 2017
Carrefour Un Combat pour la liberté
Groupe LinkedIn
Animateur du site
Yves Soulabail Yves Soulabail est conseil en retail et formateur. Membre de l’Association Etienne Thil, secrétaire général de l’Association pour l’Histoire du Commerce, il sauvegarde les archives du secteur et perpétue les enseignements de Bernardo Trujillo.