Carrefour Un combat pour la libertél

Du web-to-store au store-to-web avec Octipas

28/05/2016 par Soulabail rubrique Actualité retail - 1 Commentaire

Dans les années 2000, l’arrivée du e-commerce a été très mal vécue par les commerces physiques. Ils y voyaient un concurrent qui allait grignoter leur activité. Très rapidement ils ont compris que le web-to-store jusqu’au store-to-web était une nécessité pour une enseigne et qu’elle ne pouvait s’en passer pour continuer d’exister. Au fur et à mesure, le site e-commerce s’est imposé. Aujourd’hui, note Nicolas Passalacqua, le CEO de la société Octipas, « il faut franchir un nouveau cap et ne pas en faire de simple magasin virtuel. Les enseignes doit se positionner comme un outil de liaison entre l’utilisateur et la marque. L’utilisateur doit y retrouver ses informations personnelles, ses commandes en cours, ses achats magasins ».

Il est en effet primordial pour faire face aux géants du e-commerce qui cassent les frontières, les prix, et facilitent la consommation – Amazon pour n’en citer qu’un – de comprendre tout l’intérêt de cette arme redoutable que l’on appelle magasin physique. Les consommateurs veulent voir les produits, les toucher, les essayer, discuter avec des vendeurs qu’ils considèrent encore comme des experts.

On peut augmenter le chiffre d’affaires de +25% !

Les enseignes doivent tirer parti de cet avantage et s’appuyer sur leur réseau physique pour contrer les pure-payeurs. Mais pour ce faire, elles doivent faire aussi évoluer leurs magasins. A y regarder de prêt, ces dernières années le monde digital a explosé. Il y a encore 15 ans le web n’était accessible que par une minorité. Aujourd’hui, tout le monde le sort de sa poche en une fraction de secondes.

Face à ce phénomène, les vendeurs ne disposent pourtant d’aucun outil pour les aider à servir au mieux leurs clients et atteindre leurs objectifs de CA. Les études montrent pourtant que les magasins peuvent augmenter leur chiffre d’affaires de plus de 25% simplement en étant capables de commander les produits en ruptures de stock ou non disponibles dans le magasin.

Les ruptures de stocks en question

Commander un produit est d’autant plus primordial lorsque l’on sait que dans 88% des cas, un client confronté à une rupture de stock va acheter un produit similaire ailleurs. Autant de chances pour la concurrence de récupérer ce client mécontent et de faire le maximum pour le fidéliser.

Nicolas Passalacqua OctipasÀ côté de cet outil digital indispensable de la prise de commande, les enseignes doivent repenser leur architecture et proposer une expérience unifiée au client. Les enseignes qui auront mis en place ces dispositifs seront les plus prospères et celles qui pourront compter sur des clients fidèles. Nicolas Passalacqua précise d’ailleurs la vision Octipas : « d’ici 1 à 2 ans, il paraîtra inconcevable pour un client que le vendeur ne puisse pas comme lui sortir un smartphone de sa poche et avoir accès à son compte client, son historique, lui donner en temps réel des informations techniques précises sur le produit consulté, sa disponibilité en stock sur l’ensemble des canaux de ventes de l’enseigne… »

Les passerelles Octipas

Les services digitaux proposés par Octipas prennent en compte l’historique des achats ou l’activité des réseaux sociaux dans leur appréhension des besoins du consommateur pour un meilleur service. Par ailleurs, ils permettent aux vendeurs de finaliser une vente grâce à la prise de commande en ligne et en live en cas de rupture de stock. C’est déjà le cas chez Célio avec 2 pop-ups stores connectés dans Paris, The Kooples, Eram qui font confiance à cette technologie. L’enjeu pour les enseignes est double : l’optimisation du ROI et un parcours client simplifié et enrichi. La digitalisation du point de vente n’est pas une fin en soi, mais elle permet d’être globale.

octipas

Tagged ,

Articles liés

One Commentaire

  1. Vincent28/05/2016 at 08:25

    Chez Carrefour en 2000 la seule chose qui était prioritaire , c ‘était la fusion avec Promodes le 29 Août 1999 , l hypermarché était pour eux la ligne Maginot , sauf que le commerce du web est passé par la forêt des Ardennes !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Carrefour Un Combat pour la liberté
Animateur du site
Yves Soulabail Yves Soulabail est conseil en retail et formateur. Membre de l’Association Etienne Thil, secrétaire général de l’Association pour l’Histoire du Commerce, il sauvegarde les archives du secteur et perpétue les enseignements de Bernardo Trujillo.
Ce site est indépendant de la société Carrefour, ne contient et n'exprime que des avis et propositions personnels qui n'engagent en aucune façon la société.
Message à destination des actionnaires du Groupe Carrefour