Carrefour Un combat pour la libertél

La notation «BBB-» d’Auchan Holding confirmées par S&P Global Ratings avec perspectives négatives

Le 10 septembre 2020, S&P Global Ratings a modifié ses mesures de notation vis-à-vis d’Auchan Holding. « Le désendettement du groupe prend plus de temps que ce que nous avions initialement prévu, faisant pression sur une marge de cotation déjà faible » précise l’agence dans un communiqué.

Les attentes de désendettement

« Lors de notre dernière revue en mars 2020, nous nous attendions à ce que le désendettement, via des cessions d’actifs réels ou des mesures exceptionnelles de soutien aux actionnaires, soit déjà effectif en 2020, en ligne avec l’engagement répété du groupe à maintenir une notation de qualité d’investissement. Cela se serait traduit, dans nos calculs, avec un ratio dette / EBTIDA ajusté de près de 3,5x à fin 2020. En raison des perturbations liées au COVID-19, ces cessions initialement prises en compte dans notre scénario de base ont été tenir, et nous avons une visibilité limitée sur le moment où ils sont susceptibles de se produire. Ainsi, dans nos calculs préliminaires, nous voyons désormais un risque que le groupe affiche des ratios de 3,8x-4,0x d’ici fin 2020 et, à moins de procéder à des cessions d’actifs significatives, nous ne pouvons exclure des niveaux d’endettement similaires en 2021, ce qui entraînerait nous pour baisser la note.

Auchan a annoncé un plan de désendettement d’environ 2,0 milliards d’euros d’ici 2022, en complément du plan Renaissance existant, qui visait à générer 1,1 milliard d’euros de réduction des coûts par rapport aux niveaux de 2018. Cependant, nous pensons que les frais ponctuels attendus associés au programme de réduction des coûts, combinés à l’impact sur les performances de la pandémie COVID-19 et à un paysage très concurrentiel, devraient peser sur la croissance de l’EBITDA en 2020 et 2021. De plus, parallèlement à l’amélioration du besoin en fonds de roulement, Auchan a jusqu’à présent tempéré l’augmentation de l’endettement en réduisant ses dépenses d’investissement (capex) pour 2019 et 2020, une stratégie qui pourrait entraver son positionnement commercial.

Nous estimons que le délai fixé pour le désendettement est plus long que prévu et considérons que cela – combiné à une concurrence féroce, à l’impact continu du COVID-19 et aux perturbations potentielles de la restructuration du groupe – augmente le risque de disparition de l’effet de levier – en ligne avec les cotes en 2020 ou 2021.

Le plan de transformation d’Auchan repose toujours sur le redressement de ses hypermarchés, qui représentent la majorité des ventes. Nous notons que la stratégie de restauration d’une croissance à périmètre constant dans le cadre du plan de transformation est quelque peu différente des mesures prises par d’autres acteurs du marché. Contrairement à d’autres pairs intégrés en France, le groupe n’entend pas réduire son exposition aux hypermarchés. La stratégie d’Auchan est plutôt centrée sur le rajeunissement du format de l’hypermarché en proposant des services de place de marché local; s’appuyant sur des produits de marque privée forts et exclusifs; introduire dans la mesure du possible un concept store-in-store avec d’autres marques détenues par Mulliez, comme Leroy-Merlin, Decathlon ou Boulanger; et l’utilisation des hypermarchés comme centres de distribution locaux pour renforcer les canaux de commerce électronique et de click-and-collect du groupe. Selon nous, cette stratégie semble ambitieuse et exigeante en termes d’exécution et de rapidité de mise en œuvre, compte tenu de la dynamique du marché. L’évolution des tendances de consommation en faveur de la proximité et de la proximité des magasins pose des défis structurels aux hypermarchés qui dominent toujours le paysage du commerce de détail en France. Les hypermarchés enregistrent également souvent les niveaux de croissance les plus faibles, ce qui exerce une pression négative sur les prix et par conséquent sur les marges. Nous prévoyons que la pression augmentera dans un environnement de récession, car les consommateurs devraient être plus sensibles aux prix. En particulier, pour la France, principal marché d’Auchan, la pénétration croissante des discounters allemands et la poursuite de la forte dynamique des enseignes indépendantes posent des défis importants aux enseignes intégrées traditionnelles comme Auchan et Carrefour. Au départ, nous nous attendions à ce que COVID-19 stimule la croissance du chiffre d’affaires d’Auchan, étant donné que les détaillants en alimentation font partie des rares magasins autorisés à rester ouverts pendant le verrouillage. »

Articles liés

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Suivez-nous
Documentaire TV
Carrefour Un Combat pour la liberté
Commission d’enquête
logo assemblee nationale