Carrefour Nice Lingostière condamné aux prud’hommes

Nouveau logo Carrefour

Nous reprenons intégralement une information reçue de source syndicale, sans modification :

« NON RESPECT D’INDEMNISATION
DE L’ENTRETIEN DES TENUES DE TRAVAIL
NON RESPECT DU SMIC
NON RESPECT SUR LA PRIME COMPENSATRICE

Carrefour Nice Lingostière condamné aux prud’hommes à verser 120 000 € !
Par décision rendue par le tribunal du conseil des prud’hommes du 24 septembre 2012, la CGT Carrefour Nice Lingostière viens d’obtenir une décision favorable pour 34 salariés du magasin.
Cette décision confirme que la société Carrefour doit par obligation :

1/ Prendre en charge le coût de l’entretien des tenues de travail des salariés fourni par la société, vu que la CGT à obtenue une jurisprudence en 2008 concernant un magasin Champion.
2/ Faire un rappel de salaires concernant injustement la baisse de la prime d’indemnité compensatrice accordée en 1999 aux salariés suite à une baisse volontaire de leurs temps de travail (temps partiel).
3/ Faire un rappel de salaires au titre du non respect de l’obligation du paiement du SMIC.

Suite à ces condamnations la société Carrefour Nice Lingostière conteste ces décisions, malgré les jurisprudences en faveur des salariés et à décidée de faire appel…
Syndicat CGT Carrefour Nice Lingostière  »

 

13 réflexions au sujet de “Carrefour Nice Lingostière condamné aux prud’hommes”

  1. Toujours pareil avec cette entreprise, elle vient contester et faire appel alors qu’il y a une jurisprudence.
    si cette information est confirmée, je félicite les représentants du personnel ayant réussi à obtenir gain de cause, malgré la réticence de notre entreprise à faire appliquer les règles légales et conventionnelles en s’obstinant à vouloir régler ces affaires devant les juridictions compétentes sans vouloir les régler en interne par un dialogue honnête et constructif !

  2. J’avoue ne pas connaître la totalité du dossier. Je pense que l’attitude de l’entreprise envers ses propres salariés est en phase de changement, notamment sur ces questions.

  3. De plus en plus d’entreprises comprennent que sans les hommes nous n’éviterons pas les crises. Je sais que nos grands patrons en sont convaincu. Il faut, par expérience, un minimum de 6 pour commencer à voire les changements sur les hommes et la politique doit être globale et massive, ce qui n’est pas aisé en période de changement et de plan de départ. On ne peut qu’y arriver vu la conujoncture.

  4. J’ai effectivement vu cela. L’important c’est que ce type d’action puisse trouver des solutions sans nécessité d’aller au clash !

  5. @LeLoup
    Malheureusement, ce n’est pas dans les habitudes de la boîte. Je suis contraint par ma Direction qui ne veut rien entendre au sujet de primes d’objectifs et de prime d’ancienneté non rémunérées de mener des actions devant le Conseil des Prud’hommes.

  6. Bonjour,
    Oui pour changer ça change ! Les cadres sont de plus en plus sympas avec leurs employés… Ils se forcent enfin à sortir juste un petit bonjour le matin, échangent des sourires…
    Mais l’organisation des tâches est toujours bordélique aussi personne ne sait où commence son job et où il s’arrête. Les manager sont toujours planqués au poste de sécurité à surveiller leurs employés (ou au café dans la galerie) et sont actifs et en rayon que lors des visites de grands pontes… Quand une visite est annoncé tout est propre, c’est la révolution et tout est soudain impeccable. Le reste du temps tout le monde se fout de tout. Quand un client demande à un manager au milieu du mago s’il à tel ou tel produit en réserve car plus en rayon, il répond directement non. Il n’a pas l’envie de se prendre la tête à aller chercher la cam lui-même et pas de gars dispos ou même pas de possibilité de les joindre à distance car pas de téléphones.
    Ce qui change c’est que tous les bons éléments fuient je crois !
    En ce moment ca dégage sec !

  7. Entre la “tête” et les “pieds” il reste encore du chemin pour inverser le sentiment d’appartenance et redonner des rôle clairement définis. Existe-t-il des documents – dans vos poches – comme des fiches-mission qui décrirait les tâches à effectuer sur votre poste ? Et que chacun aurait en fonction de sa fonction…

  8. Il faut réinventer le rapport au travail, comme le rapport entre les gens. C’est comme cela que je vois cela…

Laisser un commentaire